Si ce message ne s'affiche pas correctement, rendez-vous ici.
Lettre d'information AIST 83 - Santé et prévention en entreprise
   
 
sommaire Sommaire
 
 

• La Loi Travail n'est pas immédiatement applicable pour les dispositions de la médecine du travail

• L'ergonomie pour le bien-être des salariés et l'efficacité dans l'entreprise

• Parole d'adhérent - Pamther : Interview de Cyril Escoffier, Directeur

• Sensibiliser les saisonniers à la prévention et à la sécurité

• Les risques professionnels ça s'apprend !

• Un congrès qui fait avancer la prévention des risques au travail

• Quoi de neuf ?

 
 
focus juridique La Loi Travail n’est pas immédiatement applicable pour les dispositions de la Médecine du Travail
 
 
 

Loi Travail

 
 
 

La loi Travail : « relative au travail, à la modernisation du dialogue social, et à la sécurisation des parcours professionnels », a été publiée le 09 août 2016 au Journal Officiel.

Toutefois, les dispositions de cette loi ne sont pas immédiatement applicables car l'AIST 83 reste dans l’attente des décrets d’application qui sont supposés paraître au plus tard en janvier 2017.

Cette loi qui comporte un titre entier consacré à la modernisation de la médecine du travail, modifie en profondeur les modalités de suivi de la santé au travail des salariés.

Afin de bien appréhender ces changements, nous vous proposons sur le lien suivant une synthèse des principales mesures de cette loi.

L'AIST 83 vous tiendra informés dès la parution des décrets d’application.

Retour au sommaire

 
 
 
focus bonne idée L'ergonomie pour le bien-être des salariés et l'efficacité dans l'entreprise !
 
 
   prévenir les rps  
 
  l'ergonomie  
 
 

Le Pôle Technique est composé d’une équipe d’IPRP (Intervenant en Prévention des Risques Professionnels) spécialisés en prévention des risques professionnels. En fonction de leur spécialité, ils accompagnent les entreprises dans leur démarche de prévention. L’ergonomie consiste à adapter le travail, les outils et l’environnement à l’homme. Rencontre avec Violène Saint, ergonome à l’AIST 83, qui nous présente le déroulement d’une intervention en ergonomie.

« En premier lieu, un besoin est identifié en entreprise. Celui-ci peut émaner du médecin du travail, d’une AST, de l’employeur, de la CARSAT… Il existe différents types d’interventions en fonction des besoins : une entreprise souhaite évaluer des risques liés à son activité et bénéficier de conseils, ou les équipements de travail utilisés engendrent des contraintes physiques, psychologiques ou organisationnelles, ou un salarié exprime des gênes/douleurs physiques ou sensorielles sur son poste de travail… etc.  

La démarche ergonomique est une démarche globale qui va scanner l'ensemble des déterminants de votre situation travail afin de l'appréhender dans toute sa réalité et ainsi pouvoir vous proposer des solutions concrètes et adaptées à votre contexte. Ainsi, après avoir exposé votre problématique à votre médecin du travail, l'ergonome de l'AIST83 sera mandaté par ce dernier pour mettre en œuvre cette démarche globale qui passe par 4 étapes clés :

 
   démarche d'intervention en ergonomie  
 

A cette issue, toutes ces données sont traitées et l’Ergonome recherche alors les solutions possibles. Les résultats de l’étude et les préconisations sont établis dans un rapport. Une restitution de ce rapport est présentée dans un premier temps au médecin du travail puis à l’entreprise. Cette restitution en entreprise permet de présenter les observations et les pistes d’améliorations ce qui va ensuite mener sur des discussions de faisabilité et une définition des priorités d’actions. Cela peut ouvrir sur de nouvelles perspectives de collaboration entre l’équipe pluridisciplinaire de l’AIST 83 et l’entreprise.

Au final, une intervention en ergonomie permet d’améliorer les conditions de travail d’un salarié ou d’un collectif ce qui rend par conséquent l’entreprise plus performante. »

Retour au sommaire

 
 
  actualité Parole d'adhérent
 
 
  Cyril Escoffier, directeur de PamtherToitureaide aux enfants en difficultétoitureatelier électronique

 

L’entreprise PAMTHER est certifiée par l’organisme QUALIBAT pour la dépose d’amiante avec la QUALIFICATION 1552. Cette activité demande une organisation et un suivi très rigoureux. Une méthodologie et des modes opératoires doivent être validés pour un travail en toute sécurité. Ce travail est accompagné de prélèvements d’air permettant de contrôler et de valider que le taux d’empoussièrement attendu est bien celui mesuré pendant le travail.

 

 

 
 
 

La société Pamther est spécialisée en rénovation et entretien des toitures et des charpentes notamment en désinsectisation et désamiantage. Son champ d’intervention s’étend sur les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône et le Var. Cyril Escoffier, le directeur de la société, a fait de la sécurité et de la prévention des risques professionnels une priorité. C’est ainsi qu’au fil des années une collaboration avec l’AIST 83 s’est développée. Eléments d’explication.

Interview
Cyril Escoffier
Directeur de Pamther


Pouvez-vous présenter votre structure ?
Cyril Escoffier : Depuis 1997, le cœur de métier de Pamther est la toiture. Cette spécialisation revêt de multiples activités : la rénovation, la réfection et réparation de toiture, le traitement des tuiles ainsi que la zinguerie. Soucieux de satisfaire nos clients, notre offre n’a cessé d’évoluer et aujourd’hui nous proposons la désinsectisation ainsi que le désamiantage. La société compte un effectif de 25 à 30 salariés fluctuant en fonction de la saison et de la demande. Nous travaillons de Monaco à Marseille, c’est pourquoi différentes agences techniques sont implantées sur 3 départements.

Au vu de votre domaine d’activité, quel est le niveau d’exigence requis en termes de sécurité et de prévention ?
CE : Etant donné les risques que peuvent courir certains de nos collaborateurs (chute de hauteur, exposition à l’amiante et aux produits chimiques), la prévention et la sécurité font partie intégrante de notre métier. Nous mettons un point d’honneur à former nos équipes : toute personne qui rentre dans l’entreprise est formée au port du harnais et au montage d’échafaudage. Nos équipes techniques sont systématiquement composées d’un responsable formé au secourisme.

En amont de tout chantier, une étude technique est réalisée, telle une démarche de prévention, ce qui va nous permettre d’appréhender les risques et optimiser notre organisation afin de maximiser la sécurité. De même que durant les chantiers, des contrôles réguliers sont effectués tant au niveau application qualité que sécurité. En interne, nous avons également mis en place un document : le PVS (Pour votre sécurité) qui répertorie différentes fiches liées à leur formation, sur la prévention, les produits chimiques… Il est présent dans tous les camions de manière à ce qu’ils s’en servent sur le terrain.

Sur quels aspects l’AIST 83 vous a-t-elle apporté une aide ?
CE : Les Docteurs Pellegrin et Chakroun m’ont apporté leur aide sur les procédures concernant les déposes de toitures du fait qu'elles allient les risques liés à l'amiante et les risques de travail en hauteur. Par la suite, nous avons travaillé sur les notices de postes en développant pour chaque corps de métier les moyens de protection à mettre œuvre. Ainsi, nous sommes parvenus à améliorer les conditions de travail en mettant à disposition de nos agents chargés de la désinsectisation et de la dératisation des machines moins lourdes pour améliorer leur port de charge. Nous avons investi dans un véhicule plus bas pour que les poids soient moins importants.

Accompagné d’une AST (Assistante en Santé Travail), le médecin du travail est venu nous rendre visite pour réaliser la Fiche d’Entreprise. Il m’a également apporté son soutien dans la réalisation du DUER (Document Unique d’Evaluation des Risques) notamment pour l’intégration du risque amiante ce qui a permis de déboucher sur un plan d’action.

Que retenez-vous de cette collaboration ?
CE : J’ai toujours été en contact régulier avec le médecin du travail. En termes de prévention ou de réglementation, je n’hésite pas à l’appeler si j’ai des questions techniques ou besoin de conseils. Je pars du principe « il vaut mieux prévenir que guérir », grâce à l’expertise de l’équipe pluridisciplinaire de l’AIST 83 j’ai reçu une base solide pour améliorer les conditions de travail et mettre en place des actions pour faciliter le quotidien de mes collaborateurs.

Retour au sommaire

 
 
 
focus actualité Sensibiliser les saisonniers à la prévention et à la sécurité
 
 
camping lacs verdon Camping des lacs du verdon Camping les lacs du verdon  
 
 

En période estivale, de nombreux campings voient leurs équipes renforcées pour accueillir au mieux les touristes. Pour répondre à cette demande, de nombreux salariés saisonniers sont embauchés. Bien que leur mission soit intense et courte, ils sont aussi concernés par les risques professionnels et les accidents du travail.

L’AIST 83 propose des Actions de Formation et Prévention (AFP) pour les saisonniers dont le contrat de travail est inférieur à une durée de 45 jours de travail effectif. En juillet dernier, une AFP s’est déroulée au sein du camping des Lacs du Verdon – Homair Vacances. Retour sur cette action avec Christophe Laurent, Directeur du Camping !

Interview
Christophe Laurent
Directeur du camping Les lacs du Verdon - Homair Vacances

Pouvez-vous présenter votre structure ?
Christophe Laurent : Situé à 15 minutes du lac de Sainte-Croix, le camping « Les Lacs du Verdon » appartient au groupe Homair Vacances. Avec ses 456 emplacements situés sur un domaine de 17 hectares plantés de chênes verts, il offre une capacité d’accueil de 2400 personnes. 

Nous employons 8 salariés en CDI, 2 à 3 personnes en CDD en basse saison et jusqu’à 20 saisonniers en été. Les postes sont variés : des agents d'accueil, des agents d’entretiens, des techniciens, des maîtres-nageurs, des surveillants de baignade, des animateurs, un pizzaïolo… Ces emplois saisonniers sont principalement pourvus par des étudiants dont l’âge moyen se situe entre 20 et 25 ans.

Quelle est la perception des salariés saisonniers sur les risques professionnels ?
CL : Nos salariés saisonniers sont sensibilisés aux risques liés à leur poste de travail. Malgré un cadre de travail agréable, en pleine nature, ils ont conscience que leur activité comporte des risques qu’il ne faut pas minimiser.

Les équipements de protection individuelle (EPI) sont fournis à l’ensemble de nos collaborateurs : chaussures de sécurité, gants de manutention, lunettes de protection ou visière, masque à cartouche, casques ou bouchons anti-bruit. En plus des EPI, nous avons toujours une trousse de secours avec le minimum nécessaire.

 Ensuite, c’est une question de dialogue : nous expliquons à nos techniciens que des tongs ne sont pas des chaussures adaptées au travail et qu’il faut obligatoirement porter des chaussures de sécurité pour transporter des charges, et cela même s’il fait chaud. Enfin, si certains risques peuvent paraître évidents comme le risque chimique avec la manipulation des produits de piscine, d'autres sont moins perceptibles comme les chutes de plain-pied ou les risques liés à l'environnement  (chaleur, insectes, etc.). C’est sur ces thématiques-là qu’une sensibilisation doit se faire.

 
 
camping lacs verdon Camping des lacs du verdon Camping les lacs du verdon  
 
 

Comment s’est déroulée la formation AFP ?
CL :
La formation AFP a eu lieu dans nos locaux durant une demi-journée, nous avons simplement mis à disposition une salle dans laquelle il était possible de projeter des images et/ou vidéos. Dans notre cas, un simple mur blanc était suffisant.

Ce sont 2 membres de l’équipe pluridisciplinaire de notre secteur géographique qui ont animé cette formation : l’Assistante en Santé Travail (AST) pour l’aspect technique et l’Infirmière Diplômée d’Etat en Santé Travail (IDEST) pour l’aspect médical. A l’aide d’un PowerPoint, elles ont présenté les différents risques qu’étaient susceptibles de rencontrer nos salariés, et leur ont demandé quelle serait leur réaction sur une situation de travail donnée ? Leur complémentarité de compétences a permis de créer une interaction entre les saisonniers présents ce qui a créé des échanges constructifs basés sur le partage d’expériences.

Quels sont les bénéfices de cette action ?
CL :
Maillon essentiel à la satisfaction de nos clients, nos saisonniers font souvent référence à cette formation lorsqu’ils rencontrent des situations de travail à risque. Cette action a éveillé leur intérêt et l’impact des images a fait son effet. D’ailleurs, ils en parlent encore aujourd’hui ! C’est pour moi, la preuve que celle-ci leur a été bénéfique.

En termes d'organisation, pour une entreprise dont le pic d’activité est la haute saison, il est également plus facile et fort appréciable que ce type de formation puisse se dérouler dans nos locaux au plus près des acteurs de terrain que sont nos saisonniers.

Retour au sommaire

 
 
focus actualité Les risques professionnels ça s'apprend !
 
 
CFA Saint-Maximin apprenti en mécanique CFA Saint-Maximin CFA Saint-maximin apprentis cuisine  
 
 

Ouvert depuis 1974, le CFA de Saint Maximin accueille près de 500 jeunes apprentis âgés de 16 à 25 ans ainsi que des adultes en formation continue dans les métiers de la restauration, boulangerie, boucherie, mécanique auto, coiffure et vente.
Peu expérimentés et vulnérables, les apprentis sont exposés aux risques professionnels durant leurs stages pratiques. Le CFA de Saint-Maximin a mis en place différentes mesures pour sensibiliser les apprentis aux risques professionnels. Rencontre avec Mireille Bœuf, Directrice de l’établissement.

Quelle place occupe la prévention dans l’apprentissage d’un métier ?
Mireille Bœuf : Prévoir les risques professionnels est une nécessité du quotidien dans l’exercice de son métier. Pour un CFA comme le nôtre, en charge de former les futurs professionnels de nos entreprises artisanales, cette dimension est prise en compte depuis plusieurs années à travers 2 dispositifs :

Pour tous les apprentis :

le Document Unique de l’établissement,
dès les 1ers cours de technologie, la sensibilisation au port des EPI (Equipements de Protection Individuelle),
les cours de PSE (Prévention Santé Environnement) dans lesquels est programmée la formation de Sauveteur Secouriste du Travail (12h obligatoires pour chaque apprenti de niveau V et aboutissant à la délivrance d’un certificat). Nous avons dans notre équipe d’enseignants trois moniteurs SST  formés.
Lors de journées d’informations proposées par des intervenants extérieurs comme celle de la sécurité routière avec la participation de la Gendarmerie Nationale, celles consacrées au handicap dans le cadre de l’action « HANDICAP PARLONS EN », ou celles sur le thème des addictions avec des associations comme « ALLO ASSISTANCE ».

Par spécificité des métiers :

le stage de prévention des risques sur véhicules électriques et hybrides pour les mécaniciens organisé en collaboration avec l’ANFA (Association Nationale pour la Formation dans l’Automobile),
la formation HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) pour les métiers de bouche.

Avez-vous des retours-terrains d’apprentis ?
Mireille Bœuf : Les apprentis sont majoritairement « jeunes » et ont une expérience des choses souvent très scolaire ce qui les rend plus vulnérables. Nous pouvons cependant noter que le nombre d’accidents du travail (accidents en entreprise, au CFA, de trajet et maladies professionnelles) sur notre population d’apprentis reste très faible, puisque sur l’année 2015/2016, il s’est limité à 9 c'est-à-dire à peine plus de 1% de l’effectif.

Chaque année scolaire, tous nos enseignants rendent visite aux entreprises formatrices de nos jeunes apprenants. Lors de ces visites, divers sujets peuvent être abordés avec l’employeur notamment la sécurité et le bien-être dans l’entreprise. Cette discussion permet une sensibilisation au cœur de leur métier. Suivant les retours effectués, de nouveaux thèmes de prévention peuvent être programmés.

Dès l’entrée en apprentissage, le Conseil Régional équipe les apprentis d’une  tenue et d’une mallette d’outils professionnels. Par contre, les chaussures de sécurité pour la restauration, les métiers de bouche et ceux de l’automobile doivent être fournies par l’employeur.

Comment les entreprises sont-elles sensibilisées à cette thématique?
Mireille Bœuf : Sur notre territoire les entreprises formatrices sont souvent de petite taille et malgré la visite de sensibilisation de nos enseignants, la mise en place des mesures de prévention des risques et la sensibilisation aux accidents professionnels s’avère complexe. Dans ce domaine, nous devons effectuer un travail plus rapproché, et sans doute mettre en place un échange d’informations plus précis, nous permettant d’associer les entreprises à nos actions, mais aussi de pouvoir relayer les actions engagées par les entreprises vers leurs salariés. C’est l’un des objectifs que nous poursuivrons dans notre projet pédagogique à venir pour les cinq prochaines années.

Une collaboration avec l’AIST 83 serait un plus pour une structure telle que la nôtre. Des interventions de l’équipe pluridisciplinaire dans nos cours sur des thèmes précis comme celui des allergies et des TMS dans les secteurs de la coiffure et de la boulangerie, ou sur les risques liés à la manutention pourraient amener une autre dynamique à notre enseignement et ainsi renforcer la prévention

En savoir plus sur le CFAR URMA PACA Campus de Saint-Maximin :
http://www.urma-paca.fr/cfa/saintmaximin

Retour au sommaire

 
 
focus actualité Un congrès qui fait avancer la prévention des risques au travail
 
 
 

Congrès de la médecine du travail

 
 
 

Le congrès national de médecine et santé au travail est le plus grand évènement scientifique francophone dans le domaine. Tous les deux ans, il réunit des milliers de préventeurs qui partagent avec passion les avancées scientifiques et techniques comme les pratiques organisationnelles pour favoriser leur diffusion et leur adoption au profit du plus grand nombre de salariés et d’entreprises.

La 34eme session de ce congrès qui a eu lieu en juin 2016 a confirmé ce positionnement tout en renforçant la transition vers une santé au travail multidisciplinaire faisant non seulement une place de choix à la médecine du travail mais aussi la part belle à toutes les disciplines qui y concurrent aujourd’hui à savoir la toxicologie, l’ergonomie, la psychologie, la gestion et le droit.

Dans ce contexte, de nombreuses contributions se sont attachées à expliciter l’organisation du travail et le management des compétences en action. Les axes relatifs aux approches par branches professionnelles, aux risques émergents, au maintien dans l’emploi ou encore à la mise en œuvre pratique de la législation ont ainsi bénéficié d’une grande attention.

Dans cette concentration d’expertises, les collaborateurs de l’AIST83 participants aux travaux ont apporté une contribution soutenue par cinq communications (1,2,3,4,5) centrées tant sur la réduction des risques que sur la proposition de solutions concrètes de prévention. La prochaine session de ce congrès aura lieu à Marseille en 2018, nul doute que les équipes de l’AIST83 y seront encore bien actives.

    1) Prévention des risques professionnels chez les prothésistes dentaires par P. Charpentier, M-L. Ohresser, S. Aulas, V.Lions, E. Pelliccia.
    2) Un aménagement de poste mené à la baguette par A. Viola, V.Lions, Z. Sellaoui.
    3) Est-il jamais trop tard ou trop tôt pour prévenir l’exposition des salariés au bruit ? par R.Chakroun, V. Follot, J. Maurin et M. Bonnaud.
    4) La résilience : un atout de prévention de la désinsertion professionnelle ? par R.Chakroun, Ph. Presseq, J-F. Roussel.
    5) Salariés confrontés à la mort du client : proposition pour le dépistage du risque d’état de stress post-traumatique par R.Chakroun, A. Roy.

Retour au sommaire

 
 
actualité Quoi de neuf ?
 
 

Metycea- Agence web

Le site de l'AIST 83 fait peau neuve !

L'AIST 83 a fait appel à l'agence Metycea pour la refonte de son site internet. Grâce à sa nouvelle charte graphique et à sa nouvelle ergonomie, le nouveau site répondra aux standards actuels du web et sera compatible sur les terminaux mobiles.

De nouvelles rubriques faciliteront la navigation qui a été définie aussi bien pour les employeurs que pour les salariés. Sur la partie haute du site, l'espace adhérents sera toujours accessible avec également un lien dédié à la première adhésion et un accès au portail intérimaire.

Enfin, des actualités, des ressources documentaires et des évènements alimenteront régulièrement le nouveau portail.

Rendez-vous le 09 novembre prochain sur www.aist83.fr


Retour au sommaire

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 
 

Metycea- Agence web

L'AIST 83 a récemment recruté :

Le Docteur, Sabine CHAUCHOY, a intégré le centre de Draguignan en qualité de Médecin du Travail.

Le Docteur, Marco RICCIO, a intégré le centre de Valgora - Toulon- Est en qualité de Médecin du Travail.

Le Docteur, Gyorgyi TATRAI, a intégré le centre de Sainte-Maxime en qualité de Médecin du Travail.

Le Docteur, Ronan CALVARY, a intégré le centre de Toulon- Carnot en qualité de Collaborateur Médecin.

Le Docteur, Hélène DORION-CALMO, a intégré le centre d'Hyères en qualité de Collaborateur Médecin.

Le Docteur, Mireille ESCOURROU, a intégré le centre de La Seyne en qualité de Collaborateur Médecin.

Madame Karine MONDANI , assistante médicale, a intégré le centre de Draguignan.

Madame Jessica MUR, agent d'accueil, a intégré le centre de Draguignan.

Retour au sommaire

 
 

Contactez-nous ! Posez-nous vos questions et partagez vos expériences : flashinfo@aist83.fr

 
AIST 83 - La prévention au coeur de l'entreprise
 

La lettre d'information de l'AIST 83 est éditée par l'AIST 83 (Association Interprofessionnelle de Santé au Travail du Var).
Impasse des Peupliers - Quartier Quiez - BP 125 - 83192 OLLIOULES CEDEX - 04 94 89 98 98
Direction de la publication : Luciana RUBINO, Directrice de l'AIST 83 - Responsable Communication : Coralie DURAND-SENJA
Comité éditorial : Groupe Communication - Crédit photos : Fotolia, AIST 83, Pamther, Camping Homair -Les Lacs du Verdon

www.aist83.fr