Présanse - Prévention-Santé-Sud-Est - Association des Services de Santé au Travail Paca-Corse

Accueil > Santé au travail > L'offre de services des SSTI > Le suivi médico-professionnel > Le suivi post-professionnel

Santé au travail

Le suivi post-professionnel

Prévention - risques chimiques - masque

L’exposition à certains risques professionnels peut entrainer des maladies qui peuvent survenir longtemps après la fin de l’exposition ; c’est par exemple le cas pour l’amiante, où un cancer peut survenir jusqu’à 20 ans après la fin de l’exposition. Dans ce cas le salarié peut bénéficier d’un suivi médical, renouvelé tous les 5 ans et pris en charge par sa CPAM: c’est le suivi post professionnel.

Tout au long de sa vie professionnelle, un salarié est suivi sur le plan médical par son médecin du travail chargé d’assurer une surveillance adaptée aux risques qu’il encourt. Cette surveillance peut se faire grâce à la connaissance qu’a le médecin du poste de travail et des risques qui lui sont associés, lui permettant entre autre de réaliser une traçabilité des expositions professionnelles subies par le salarié. Au terme de sa carrière, le salarié peut continuer à bénéficier d’un suivi médical adapté à ses expositions antérieures. Ce suivi, réalisé par son médecin traitant, permettra le dépistage précoce des pathologies qu’il est susceptible de déclarer par la suite.
Le suivi post-professionnel concerne notamment les salariés qui ont été exposés à des agents cancérogènes.


Pour pouvoir bénéficier du suivi post-professionnel suite à l’exposition à une de ces substances, le salarié doit fournir une attestation d’exposition remplie par l’employeur et le médecin du travail. L'arrêté du 28 février 1995, modifié par l'arrêté du 6 décembre 2011, fixe le modèle type d'attestation d'exposition et les modalités d'examen dans le cadre du suivi post-professionnel des salariés ayant été exposés à des agents ou procédés cancérogènes. Si le salarié ne peut pas obtenir cette attestation (entreprise ayant disparu, refus de l’employeur…), la CPAM procède à une enquête administrative pour établir la réalité de l’exposition en s’appuyant sur des éléments tels que les activités de l’entreprise ou les témoignages des anciens collègues de travail.

Ce dispositif, méconnu du grand public, est financé par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) sur un budget du fond d’action sanitaire et social (FASS). Il nécessite une implication du salarié puisqu’il doit fournir la preuve de la matérialité de son exposition à un agent cancérogène ; cela nécessite donc d’assurer une bonne traçabilité des expositions aux agents chimiques cancérogènes.


AISMT 04 - AISMT 13 - AIST 83 - AIST 84 - AMETRA06 - APST BTP 06 - ASTBTP 13 - CMTI 06 - Expertis - GEST 05 - GIMS 13 - GMSI 84 - SAT Durance Luberon - SIST Corse du Sud - STP
© Présanse - Prévention Santé Sud-Est - Association des services de santé au travail / Offres d'emploi / Contact / Plan du site / Mentions légales / Crédits
Retrouvez toutes les informations Présanse avec notre flux RSSSuivez Présanse sur LinkedIn !Suivez Présanse sur Viadeo !